Derrière la com’, des politiques régionales en recul…

Conseiller régional d’Île-de-France et Président de la Commission des finances, Maxime des Gayets livre son analyse du compte administratif qui sera voté jeudi en séance plénière.

 

 

« Comparer les ambitions exprimées par un Exécutif et la réalité des politiques mises en œuvre : c’est l’utilité de l’examen du compte administratif de la Région Ile-de-France prévu à la séance du 31 mai et 1er juin. Et cette comparaison est particulièrement significative pour caractériser l’action de la majorité de Valérie Pécresse tant les décalages et les sous-exécutions de dispositifs régionaux pourtant attendus par les Franciliens, sont nombreux.

Ainsi et alors que la droite n’a de cesse d’expliquer que l’investissement dans les transports en commun de voyageurs serait une priorité conformément à nos attentes, le compte administratif relève que 70 millions d’euros n’ont pas été mobilisés en 2017 sur ces projets et qu’à l’inverse les crédits en faveur des routes ont quasiment doublé entre ce qui était annoncé et ce qui a été réalisé, passant de 34 millions à plus de 69 millions d’euros. Quant aux financements des liaisons de tramways, la Région n’a dépensé qu’à peine la moitié de la somme qui était prévue… On nous rétorquera que ces faibles consommations sont liées aux difficultés inhérentes à ce type de chantiers. Mais personne n’avait contraint la Région à multiplier les effets d’annonce pour donner l’illusion de l’action.

Et que dire des moyens prévus pour soutenir les têtes de réseaux associatifs, pour le plan Sport oxygène, ou même l’aide aux structures en charge d’Alzeimer qui ont été consommés à hauteur de… 0% en 2017 !

Les multiples communications de la droite régionale ne sont donc que trop rarement suivies d’effets tangibles pour les Franciliens. C’est le principal enseignement de ce compte administratif et la réalité vécue dans nos territoires. Par choix d’austérité, c’est une région en recul que nous subissons en Ile-de-France. »