S’attaquer aux nuisances sonores, un enjeu de santé publique

Cette semaine, Bruitparif a publié une étude détaillée sur les impacts sanitaires du bruit des transports dans la zone dense francilienne.

Cette évaluation est directement liée aux exigences d’une directive européenne et des recommandations de l’OMS visant à cartographier la réalité du bruit dans l’environnement.

Selon les conclusions de cette étude, les habitants de la zone dense francilienne perdent en moyenne 10,7 mois de vie en bonne santé du fait de leur exposition aux nuisances sonores générées par les transports, avec de forts écarts selon les territoires. Certains territoires de l’Ile-de-France subissent ainsi des nuisances telles, qu’on évalue à près de 3 ans la durée de vie en bonne santé en moins, pour les personnes les plus exposées.

Les pouvoirs publics, et en premier lieu la Région Ile-de-France, doivent se saisir de cet enjeu de santé publique. Qui, comme le note cette étude, correspond à plus de « 100.000 années de vie en bonne santé perdues « .